Best Of Email Marketing — 13 juin 2013 — 3 commentaires
Cinq pièges à éviter en matière de marketing par e-mail

Comme dans la vie, vous pouvez beaucoup apprendre de vos erreurs dans le domaine du marketing par e-mail. Mieux encore, vous pouvez apprendre des erreurs des autres. Voici cinq erreurs que d’autres personnes ont déjà faites lors de campagnes par e-mail; il serait dommage de les faire à votre tour…

1. Utiliser une adresse d’expéditeur vague

Vos destinataires croulent sous les e-mails chaque jour et ils jettent la plupart d’entre eux à la corbeille sans un regard.

Nous sommes tous de plus en plus vigilants quant à notre boîte de réception et n’ouvrons que les e-mails qui proviennent de certaines sources. Il est donc nécessaire de vous assurer qu’un nom et une adresse e-mail reconnaissables apparaissent comme adresse d’expéditeur. Aidez les destinataires à vous identifier.

Utilisez votre propre nom ou le nom de votre entreprise (ou les deux). Plus important encore : assurez-vous que l’adresse de réponse fonctionne et qu’elle ne soit pas du type « no reply », sans quoi vous donnerez à vos clients l’impression que vous ne vous préoccupez pas de ce qu’ils pourraient avoir à dire.

2. Utiliser un objet trop long

L’objet est un des meilleurs outils pour faire décoller votre taux d’ouverture. Il doit être pertinent, bref et attrayant.

Limitez-vous à 50 caractères. Si votre objet est plus long, vous courez le risque qu’il soit coupé par la plupart des clients de messagerie électronique. Si beaucoup de vos destinataires consultent leurs e-mails sur des appareils mobiles, vous devriez même vous en tenir à un maximum de 20 caractères.

Conseil supplémentaire : Utilisez également l’en-tête de votre e-mail pour vous aider à améliorer votre taux d’ouverture. Il s’agit du premier contenu affiché sous ou à côté de l’objet. Il contient souvent un texte du genre « Vous ne pouvez pas lire cet e-mail ? Ouvrez la version web. » Vous pouvez sûrement faire mieux que ça.

3. En demander trop à vos destinataires

La tentation est forte, mais vous devez vous limiter à un call to action (CTA) par e-mail, c’est-à-dire ne viser qu’une seule action de la part du destinataire. Un seul CTA de plus et votre destinataire pourrait ne plus savoir sur quel lien cliquer.

Conseil supplémentaire : Vous utilisez un logiciel de marketing pour évaluer le taux de clics de vos publipostages électroniques ? N’écrivez jamais d’URL dans votre e-mail ! Le logiciel codera vos liens hypertextes, ce qui créera une différence entre la véritable URL et celle que vous avez écrite dans votre e-mail. Cela pourrait augmenter le risque que vos e-mails soient classés comme du spam.

Plutôt que d’écrire :

Écrivez donc :

4. Ignorer vos lecteurs sur appareil mobile

En 2012, le trafic internet sur appareils mobiles était douze fois supérieur au trafic internet global de 2000. Et les échanges de données sur mobiles n’ont pas fini de grimper en flèche. Même si de plus en plus d’entreprises préparent leur site web à l’affichage sur appareil mobile, très peu adaptent également leurs e-mails.

Selon une étude Litmus, 38 % des e-mails sont ouverts à l’aide d’un appareil mobile. Ce qui fait du téléphone portable le support le plus populaire pour la lecture d’e-mails.

Vous ne pouvez pas vous permettre de ne pas concevoir vos e-mails pour la lecture sur appareil mobile.

Assurez-vous que vos e-mails soient adaptés à tous les types d’appareils (smartphones, tablettes, ordinateurs portables, PC) grâce au responsive web design. N’oubliez pas non plus que dans de nombreux cas, les utilisateurs d’appareils mobiles cliquent sur les liens hypertextes à l’aide de leurs doigts et non pas d’un curseur : vos call to actions doivent donc être suffisamment grands.

5. Ignorer les désabonnements

Il arrive probablement souvent que des destinataires se désabonnent de votre liste de diffusion. Cela fait partie du cycle de marketing par e-mail. Mais cela ne veut pas dire que vous ne devez pas faire votre possible pour éviter que cela se produise à l’avenir. Comprenez pourquoi des personnes se désabonnent de votre liste de diffusion. À quelle fréquence envoyez-vous vos e-mails ? Quel est leur contenu ? Peut-être n’était-il pas assez ciblé ?

Utilisez un système de désabonnement à double confirmation pour récupérer des informations pertinentes et améliorer votre processus de marketing par e-mail.

Articles similaires

L'auteur

Michael Linthorst

Michael Linthorst est un entrepreneur internet et CEO de Copernica BV. Copernica est un logiciel de marketing puissant pour le marketing par email, pages web, portable et campagnes automatisées. Plus de 3.500 utilisateurs utilisent avec succès Copernica Marketing Software sur une base quotidienne.

 

3 Commentaires

  1. Bon article, merci.

    L’entête de l’email (pré-header) est effectivement important mais demeure toutefois le « parent pauvre » de l’email marketing.

    J’ai dernièrement rédigé un article très complet sur les usages et bonnes pratiques du pré-header dont voici l’url :

    http://www.tendances-webmarketing.com/2013/05/pre-header-d-email-bonne-pratique-marketing.html

    C’est effectivement un élément important pour améliorer son taux d’ouverture…

    Christophe

  2. Bonsoir,

    Un très bon article, clair et précis. Merci pour ces infos clés et bon we

    S.Guillou

  3. Un des éléments clés qui permet généralement de distinguer des campagnes de marketing direct d’opérations de communication publicitaire est le fait qu’une campagne de marketing directe cherche à provoquer une action plus ou moins immédiate chez le destinataire.
    A mon avis il faut aussi pesner aux reseaux sociaux:
    http://prospek.ma/besoins-pour-les-reseaux-sociauxx/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>