E-commerce — 08 avril 2013 — Aucun commentaire
[Startup] Roomsurfer veut révolutionner le tourisme

L’e-tourisme est (toujours) un secteur en plein essor, non seulement avec l’entrée en jeu du géant américain Google. Selon la French online travel overview, réalisée par le cabinet d’études Phocuswright, le secteur a enregistré une croissance de 10% en 2012 pour atteindre 17,7 milliards d’euros. Une startup outre Rhin a elle eu l’idée de combiner les réseaux sociaux et le tourisme par le web pour proposer un service qui pourrait bien faire parler de lui en 2013…

Roomsurfer se greffe à la tendance des plateformes du type airbnb ou Couchsurfing dans l’économie de partage (sharing economy), le principe étant de pouvoir loger chez un particulier une fois arrivé à destination. Le premier avantage étant bien entendu le prix bien plus attractif que ceux pratiqués par les hôtels et auberges de jeunesse, mais surtout l’opportunité de pouvoir goûter au style de vie local pour une expérience plus authentique.

Une innovation pour une expérience sociale plus réussie

« La jeune génération n’est plus intéressée par le tourisme traditionnel, passif, où l’ont voyage en bus pour prendre de photos puis repartir à la maison. Elle est à la recherche de rencontres sur place pour vivre une expérience encore plus immersive et réelle », explique le fondateur et président de la startup berlinoise Michael Walser. Cet aspect social, que Couchsurfing a déjà exploré sans aller trop en profondeur, est la clé du succès pour les allemands, qui ont développé un système en collaboration avec le centre de recherche d’intelligence artificielle  (DFKI). Celui-ci analyse et identifie vos centres d’intérêt à l’aide de vos comptes sur les réseaux sociaux, afin de pouvoir mettre en relation les membres susceptibles de s’entendre le mieux. Comme pour Spotify, avoir un compte Facebook est un pré-requis afin de pouvoir utiliser le service. Les créateurs du « Social Travel Network » assurent que les données rassemblées par ce moyen sont gardées strictement confidentielles, et leur utilisation est soumise à la loi de protection des données allemande. Roomsurfer compte désormais déjà près de 500 inscrits, Berlin et Barcelone étant les villes ayant les réseaux de « roomsurfers » les plus importants.

Une levée de fonds via crowdsourcing

Un tel projet nécessite des fonds conséquents, puisqu’il s’agit de construire un réseau de membres s’étalant sur plusieurs pays et continents. Les dirigeants ont opté pour la solution du crowdsourcing sur la plateforme seedmatch. En moins de 48 heures, 12 investisseurs ont déjà décidé de participer à l’aventure, pour un total s’élevant à 6 000 €. Cette levée de fonds par micro-investissements sera encore active pendant 2 mois, au termes desquels le site espère pouvoir financer les prochaines étapes: l’élargissement du réseau à l’international et la traduction du site dans différentes langues. Les berlinois ont mis à disposition une vidéo afin d’expliquer et promouvoir leur projet.

Prometteur mais…

L’équipe de la capitale teutonne ont encore un travail important devant eux au vu de l’immensité de la tâche qu’est l’élargissement du réseau sur plusieurs continents. Le succès du projet semble étroitement liée à leur capacité à mettre en place une campagne webmarketing virale efficace et multiculturelle. De plus, la promesse étant de pouvoir apporter une valeur ajoutée grâce à la bonne entente présumée entre l’hôte et le visiteur, la startup a intérêt à être sûre de leur système de matching. On se demande si ce dernier sera réellement en mesure de pouvoir capter toutes les subtilités des relations humaines à l’aide des réseaux sociaux. Deux personnes qui aiment toutes les deux une même série et la musique (oui, musique est ainsi généralisé sans différencier les genres) possèdent-elles assez de points communs pour bien s’entendre? Le doute est permis.

A suivre!

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Mael Roth

Diplômé en Marketing International, je suis Project Manager et consultant dans une agence de Content et Inbound Marketing outre Rhin (Park7). Je blogue en trois langues (FR, ANG, ALL) sur maelroth.com.

 


0 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *