Mobile Marketing — 27 mars 2013 — 3 commentaires
La banque 2.0, les évolutions de la relation bancaire

L’image de la banque évolue. Le temps où l’on faisait la queue pendant 15 minutes pour effectuer une simple opération est fini. La multiplicité des moyens de communications et des outils bancaires ouvre la porte à de nouvelles possibilités…

Cependant, de leur côté, les acteurs bancaires sont confrontés à un enjeu de taille, la nécessité de dématérialiser pour réduire les coûts tout en voulant garder la proximité que les clients recherchent.

En septembre 2012, Exton consulting et EFMA ont d’ailleurs réalisé une étude dans 7 pays européens auprès de 3500 personnes. Celle-ci a révélé que 86 % des internautes utilisent les services bancaires en ligne et se connectent à leur compte en moyenne 2 fois par semaine. Les français ressortent comme étant les plus importants utilisateurs de ces services avec 92 % d’internautes utilisateurs dont 86 % ont déjà réalisé des opérations bancaires simples en lignes (virement, prise de RDV, etc).

Le paradoxe ? Les français sont aussi ceux qui bénéficient le plus d’un conseillé physique dédié (8 personnes sur 10) et le maillage des agences est parmi les plus dense d’Europe.

Quelle réponse les banques utilisent pour s’adapter ?

Banque 2.0

 

Les banques peuvent se diriger vers plusieurs solutions : une utilisation en « self-service » de clients anonymes, les agences bancaires 100 % en ligne ont fleuri ces dernières années.

Deuxième solution : une proximité et une cohérence accrue qui permettrait une une transparence de la relation sur tous les canaux de communication. C’est cette dernière qui semble être choisie ces derniers temps, afin de répondre aux besoins d’interactions ininterrompues des clients.

Ainsi fleurissent de nouvelles sortes d’agences, les agences « digitales ». Celles-ci ont pour but de mettre la technologie au service de la proximité et de favoriser la relation client 2.0, RDV en espace lounge, en visioconférence, espace high tech au service du client, tablettes tactiles pour signature électronique etc.

Le cross-canal en fil rouge

Le smartphone et la banque

 

Selon une étude TNS de 2002, 38 % des français détenteurs de smartphone se rendraient moins dans leur agence physique qu’auparavant. Les acteurs bancaires multiplient donc les canaux : agence, téléphone, internet. Le client peut alors commencer une opération bancaire sur un canal et la continuer dans d’autres circonstances.

Clarté et transparence sont alors les maîtres mots, à termes, le conseiller et le client utiliseraient les mêmes interfaces.

Selon vous, les banques doivent-elles encore faire des efforts dans l’amélioration de la relation client ?

Articles similaires

L'auteur

Alexandre Bourgeois

Diplômé d'un Master 2 Marketing de l'IAE de Poitiers, site de Niort. Rédacteur junior, passionné par la communication et le marketing viral : guerilla marketing, street marketing, communication interne, actu web 2.0 etc.

 

3 Commentaires

  1. Personnellement j’ai encore du mal à faire confiance à une banque qui est entièrement en ligne. J’aime avoir quelqu’un en face de moi quand j’en ai besoin. Après c’est sympa de voir que certaines mesure ont été prise pour favoriser cette proximité. Et j’avoue que c’est très utile de pouvoir consulter ses comptes et faire des virement directement depuis son ordinateur.

  2. Finalement la banque est un commerce comme les autres. La tendance c’est quelques acteurs 100% web pour ceux qui savent se débrouiller seuls, et surtout du cross canal pour allier le côté pratique du web, et la proximité et l’expérience client qu’offrent les points de vente physique. Pas pour rien qu’on parle de banque de détail ou de retail banking.

  3. Les nouveaux banquiers sont arrivés ! Plus pratique, plus simple ! Merci pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>