L’écriture pour Internet, véritable plaisir ou simple activité ?

La rédaction Web… certains voient sous cette appellation une hérésie eu égard aux incontournables de la Grande Littérature, alors que d’autres ne jurent que par elle rêvant de SEO et d’optimisation du référencement naturel. Entre les deux, la réalité s’impose plus pratique et dogmatique à la fois.  Quelques doutes quant à la signification de cette nouvelle forme de création littéraire, une interrogation sur l’objectif de cette écriture sur clavier… alors feuilletons ensemble ce conte : tout commence alors par Once upon a time…

La rédaction Web, le contraire d’une écriture virtuelle

Nous sommes des millions chaque jour à surfer sur la Toile à la recherche d’informations et de renseignements sur des sujets aussi nombreux que variés. Chaque page visitée ne nous apporte pas entière satisfaction mais chaque page visitée nous donne accès à du contenu. Quel que soit le jugement porté sur ce dernier (« Bof, on n’a rien appris ». « Ce site il fourmille d’idées de génie ». « C’est archi faux ce qui est écrit là »…)  force est de constater que chacune de ces pages a nécessité un effort pour collecter l’information et la rediffuser vers l’Internaute.

La rédaction Web est donc omniprésente dans notre quotidien.  Attention quand même, là où certains sites se proposent de nous faire découvrir le contenu produit par d’autres (si si cela existe et le plagiat est répandu sur la Toile), d’autres en revanche s’engagent dans des productions de contenu avec une forte ambition de qualité. Certains programmes permettent aussi, en quelques secondes, d’obtenir des milliers de textes traduits depuis les pages étrangères de la Toile. La rédaction Web n’est donc pas unique, loin s’en faut.

Le rédacteur Web, un rat de bibliothèque frustré ?

Mais la rédaction Web est aussi assurée par d’innombrables rédacteurs. Certains se proposent de disserter bénévolement en s’épanchant tantôt sur leur blog personnel tantôt sur les sites spécialisés. Il suffit, par exemple, de visiter les sites consacrés à la recherche généalogique pour comprendre que l’engagement bénévole a aussi trouvé sa place sur Internet.  D’autres Internautes proposent aussi leurs écrits sur des plateformes communautaires, espérant ainsi pouvoir partager leur passion et échanger avec des passionnés en tout genre. D’autres enfin osent se lancer dans la rédaction professionnelle, répondant ainsi à la demande de milliers de sites à la recherche constante de contenu pour conforter leur efficacité sur la Toile.

La rédaction Web est donc diverse et multiple. Impossible d’évoquer tous les styles et toutes les formes d’écriture, employées par les millions d’auteurs de blogs (le plus souvent des bénévoles mais pas toujours) ni même d’essayer de comprendre le succès d’un site par rapport à un autre. Comme pour la littérature, certains styles plaisent plus que d’autres, le choix des mots, la ponctuation, la longueur des phrases… Marcel Proust n’aurait peut-être pas connu le succès qu’il mérite en publiant son œuvre par brides en postant chaque semaine un nouveau chapitre… quoi que rien n’est écrit.

clavier

La rédaction Web, liberté créative ou somme de multiples contraintes ?

Pourtant, la rédaction Web se doit de répondre aussi à des contingences techniques et précises. Il ne s’agit en aucun cas de formatage de l’écriture, mais là où l’apprenti écrivain doit respecter le nombre de folio, les interlignes, les sigles de correction, l’auteur Web lui se doit de satisfaire aux exigences spécifiques du lectorat de la toile, s’attacher à optimiser son texte en fonction des attentes de son client, chercher à utiliser au mieux les sacrosaints mots clés, comprendre la logique de la longue traine… Tout un monde à découvrir, des règles à déchiffrer, des comportements à décrypter…

Parodiant Emile Faguet, qui écrivait « La lecture des mauvais livres forme le goût à condition qu’on en ait lu des bons » (L’art de lire), je vous inviterai à découvrir dans les suites de cet article, les secrets et les coulisses de la rédaction Web. C’est en découvrant des sites de « piètre qualité » que l’on prend pleinement conscience des attentes des Internautes et que l’on est ainsi capable d’aider à la réalisation de ces sites ambitieux.

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Eric Varin

Rédacteur indépendant, n’opposant pas qualité du contenu aux exigences S.E.O., je vous accompagne dans la réussite de toutes vos communications.

 


6 Commentaires

  1. Article original !
    Bien que moins « artistique » puisque non calligraphique, la rédaction web n’en est pas moins créatrice de valeur. En papier comme en web on trouve du bon et du mauvais comme vous le soulignez dans la fin de votre article… Pour l’un comme pour l’autre, le choix et le jugement appartient toujours aux lecteurs 🙂

  2. Bonsoir Alex,

    Exact oui en ce qui concerne la qualité (maintenant soyons honnête, si certains romans nous gardent captivés du début à la fin, d’autres en rechanche sont plus utiles pour réhausser une table de chevet 🙂
    Mais je vais y revenir dans la suite de cet article avec les articles à la chaine….
    Bonne soirée

    Eric

  3. Excellent article Éric. Non seulement il est intéressant et donne envie de lire la suite, mais on voit bien que vous maitrisez les techniques de communication sur le Web. Bravo!

    Par ailleurs, votre article est actuellement à la une sur LinkedIn dans le groupe Marketing par contenu, Aussi, si ça vous dit, je vous invite à participer à la discussion, et il me fait aussi plaisir de vous inviter à faire partie de mon réseau LinkedIn.

  4. Merci Lamour, je vous rejoins de ce pas sur Linkedin avec grand plaisir

    Cdt

  5. Le monde de la rédaction web est très vaste, difficile de le délimiter. On ne peut pas dire que c’est un simple plaisir, mais on ne peut également pas affirmer que c’est une pure activité. Mais, une chose est sûre, la rédaction web est un moyen qui laisse une liberté d’expression pour les rédacteurs.

  6. Pour avoir déjà essayé de monter et d’entretenir des sites dont le sujet ne m’intéressait pas, je peux dire que pour moi c’est quasiment impossible à tenir sur la durée. Au bout d’un moment on a plus rien à dire et on s’ennuie ferme, pour ne pas dire plus.

    Moi qui suis un passionné de langues, j’ai décidé de me consacrer uniquement à ce sujet (en ce moment principalement l’anglais) pour plusieurs raisons :

    – c’est ce que je sais faire de mieux
    – je sens que je peux réellement aider les gens à voir les langues différemment avec mes articles
    -je me fais vraiment plaisir en écrivant (certains articles ont du mal à sortir parce que je veux trop bien faire mais le plaisir est bien réel).

    La technique qui consiste a remplir son site de textes sans âme et insipides (souvent achetés d’ailleurs) juste pour accrocher la longue traîne de Google, très peu pour moi. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *