Référencement naturel — 02 novembre 2012 — 2 commentaires
Le nouvel outil de Google pour refuser les backlinks

Pour mon premier article sur Webmarketing & Co’m, je vous propose une petite mise au point sur une fonctionnalité toute neuve proposée par Google: le refus de liens entrants. Car cela commence à se savoir : depuis la dernière mise à jour de l’algorithme Google en avril 2012 – le fameux « Pingouin », les liens entrants (ou « backlinks ») de mauvaise qualité sont dans le collimateur !

Les messages d’avertissement envoyés aux webmasters ont alors ressuscité la crainte de voir son site descendre dans les abysses des pages de résultats de recherche à cause de liens considérés comme factices: fermes de liens, sites illégaux, ou n’ayant aucun rapport avec le votre, etc…

Mais alors, comment faire pour éviter la chute et nettoyer un backlinking qui serait trop… abusif? La réponse nous a été donnée par Google lui-même, avec la mise en place récente d’un outil de refus des backlinks, le « Disavow Links tool ».

Comment cela fonctionne-t-il ?

Mis à disposition de tous à chacun via les « Webmaster Tools » de Google, refuser des liens entrants devient presque un jeu d’enfant :

Il vous suffit de vous être connecté à votre compte Google puis d’accèder à l’URL suivante : https://www.google.com/webmasters/tools/disavow-links-main?hl=fr

Sélectionnez le site concerné, puis cliquez sur le bouton « Refuser des liens ».

Vous aurez alors droit bien sûr à un message d’avertissement. Si vous êtes toujours décidé n’hésitez pas à poursuivre en cliquant à nouveau sur « Refuser des liens ». Google vous demandera de charger un fichier texte contenant la liste des liens que vous souhaitez qu’il ignore dans son indexation de votre site.

Quelques conseils pour créer ce fichier :

  • le fichier doit être un simple fichier texte sans aucune mise en forme, je recommande donc d’utiliser le bloc-note Windows par exemple
  • faites donc une liste de toutes URLs dont vous souhaitez refuser les liens entrants, comme ceci :
http://sitedespam1.fr 

http://sitedespam2.page.com

domain:sitedespam3.fr (pour refuser des liens d’un domaine entier)

domain:sousdomaine.sitedespam2.com (pour refuser les liens d’un sous-domaine)

etc…
  • nommez votre fichier de façon claire, par exemple « liens-a-refuser.txt »
  • le fichier ne doit pas dépasser un poids de 2 Mo

Quand tout cela est prêt, vous n’aurez qu’à retourner à votre page pour refuser les liens, cliquer sur « Sélectionner un fichier » et choisir celui que vous venez de créer. Cliquez sur « Envoyer », voilà, c’est fait ! Un peu de patience cependant, puisque la vérification des liens soumis est faite manuellement par l’équipe Google et que l’indexation peut nécessiter jusqu’à plusieurs semaines.

Refuser des liens, une vraie bonne idée ?

Si je pose la question c’est parce que Matt Cutts lui-même, le gourou du webspam chez Google, nous avertit dans sa vidéo de présentation de l’outil que celui-ci ne s’adresse pas à tout le monde ! Si non seulement une mauvaise utilisation de cet outil peut vous pénaliser malgré votre bonne volonté, Matt Cutts insiste sur le fait que refuser des backlinks doit se faire en ultime recours, c’est-à-dire après avoir tout mis en œuvre pour « nettoyer » vous-même vos liens, à savoir en contactant les sites pointant vers vous dans la mesure du possible !

Autre précaution à prendre également : le choix des liens à rejeter ! Il s’agit de bien analyser quels liens entrants vous portent préjudice, au risque d’en supprimer certains qui n’étaient pas mal considérés par Google et donc de perdre leur bénéfice…

Je terminerais ce sujet en demandant si utiliser le « Disavow Link tool » de Google n’est pas faire aveu d’un backlinking essentiellement artificiel… ? Eh oui, si seuls les webmasters avertis sont censés faire usage de cette option, Google pourra identifier d’autant plus facilement quels sites sont enclins à tenter de tromper son algorithme… ! A bon entendeur…

Enfin, je vous conseille en complément la lecture des « Guidelines » données par Google au sujet des « Systèmes de liens », ou encore le visionnage de la fameuse vidéo sur le sujet de Matt Cutts.

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Laure Betaille

Autodidacte passionnée de web-marketing depuis un peu plus de 2 ans, je me suis lancée dans l'aventure de l'auto-entreprise afin de pouvoir développer mon expérience dans ce domaine! Je tiens également mon propre blog (en anglais) sur le sujet, et si mon coeur balance encore entre SEO, Community Management ou Responsive Webdesign, je compte sur les opportunités de mes projets pour me décider. Ah, une dernière chose, je suis aussi étudiante en 3ème année à l'HETIC !

 


2 Commentaires

  1. Hello

    De tout ce que je peux lire sur les sites américains il est évident que Google, dans sa volonté de nettoyer le web et repérer les spammeurs, veut en fait nous mettre à contribution pour dénoncer les sites « louches ».

    Pourquoi ?

    Parce-que c’est un boulot énorme et que tout seuls ils n’ont pas les ressources en interne pour le faire, ça leur coûterais une fortune en masse salariale.

    Donc, ils ont trouvé le moyen de tous nous mettre à contribution pour les y aider en nous mettant une épée de Damoclès au-dessus de la tête et en jouant sur la peur d’être désindexé.

    Mais attention, il y a des conséquences pour nous tous à ce servir de cet outil.

    Exemple : imaginons qu’un site x est désavoué par une centaine de webmasters et que ce site n’était, non seulement pas dans la liste rouge de Google, mais qu’en plus il ne le méritait pas.

    Il peut alors se retrouver désindexé de Google et en plus affecter tous les autres sites vers lequel il pointe !!!

    La vérité, c’est que dans sa démarche de vendre de l’Adwords, Google souhaite chambouler en permanence les résultats de recherche en résultats naturel. Et avec « Disavow Links » il a trouver un moyen formidable de nous mettre à contribution sans que cela ne leur coûte un seul sou.

    Un peu d’histoire :

    En 1998, lorsque Google à introduit son fameux « Pagerank » c’était à l’époque un moyen pour eux de donner plus de confiance aux sites qui obtenaient le plus de backlinks.

    pourquoi ont-t-ils fait ça ?

    Simple, ils se sont dit « puisque notre algorithme n’est pas assez développé, pour l’instant, pour arriver à différencier les sites de qualités par rapport à ceux qui ne le sont pas, on va faire confiance aux humains en considérant que si un site obtient des backlinks, c’est qu’il intéresse et donc il a un contenu qualitatif.

    Aujourd’hui tout cela à bien changé car Google arrive à identifier de mieux en mieux une écriture naturel par rapport à une écriture simplement destiner à le tromper.

    Perso, je n’ai jamais été un fan du backlinking à outrance pour référencé mon site ou ceux de mes clients et bien m’en a pris, car, jusqu’ici, moi et mes clients n’ont pas été touché par Panda, Pingouin ou tout autre animal sortant de Google Zoo 🙂

    La démarche à suivre aujourd’hui :

    1) optimisation on page d’un site sur ses produits et services (cela va de soi).

    2) Créer un blog pour publier des articles d’informations avec des liens pointant vers son site dans un double but :

    a) Satisfaire les internautes qui sont aujourd’hui 90% à rechercher de l’information sur un produit ou un service avant de se décider.

    b) Apporter régulièrement un contenu frais pour les lecteurs ET les moteurs de recherche (surtout Google bien sûr).

    Exemple d’un blog à succés : http://www.bonnegueule.fr
    (75 000 visites mensuelles)

    Autre blog qui marche bien : http://www.hdfever.fr

    3) Partager les articles d’informations sur les réseaux sociaux pour augmenter sa popularité, sa notoriété et aussi sécurisé son référencement naturel (Google ne pourra pas ignorer et désindexer un site qui a de nombreux backlinks provenant des réseaux sociaux.

    J’ai encore une tonne de choses à dire sur le sujet…

    Je viens de créer l’agence Brand Pulp à Paris avec Preferendum (agence de marketing depuis 1998).

    Le site http://www.brandpulp.net est en cours de création et vous aller pouvoir lire des articles intéressants sur le blog et télécharger des e-books.

    Vu l’intérêt que notre nouvelle agence suscite déjà chez nos clients (quelques gros projets en perspective) on va certainement rechercher du personnel une fois que le volant d’affaires le justifieras. A bon entendeur…

    In finé, je tenais à vous féliciter pour ce site, ou plutôt Blog qui permet de partager des articles, des informations et des commentaires à la manière des blogs de référence aux USA. Bravo

    @+

    • Merci Steven pour toute ces informations 🙂 Bon weekend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *