E-Publicité — 13 juillet 2011 — 9 commentaires
Les rédacteurs sont des webdesigners

John MacGarvey est rédacteur freelance. Il nous expose quelques conseils pour que rédacteurs et designers travaillent efficacement ensemble…

redacteur et designer

La rédaction regroupe l’ensemble de textes que l’on peut trouver sur un site web. Elle a pour but d’informer, de donner des instructions, de communiquer sur une marque ou une entreprise, de vendre un produit, un service ou une idée, et/ou d’améliorer le SEO. C’est surtout un moyen pour créer un sentiment d’engagement de la part de la cible.

John MacGarvey conseille de mettre en place un approche collaborative où rédacteur et webdesigner travaillent ensemble, même si effectivement ce n’est pas toujours facile, que cela prend du temps et nécessite une proximité physique. L’approche doit être clair dès le départ et validé par les deux parties, dans le but de s’approprier la méthode de travail. Le rapport de force change. Ce n’est plus un rédacteur dans un coin, un designer dans un autre, ce sont les deux côte à côte, capable de mieux répondre au client.

Le texte et le design doivent être créé ensemble car l’un ne va pas sans l’autre et l’optimisation des deux améliore l’expérience utilisateur. En effet, rien n’est plus triste qu’un beau design qui rend bien avec le Lorem Ipsum mais qui au final ne supporte pas le vrai contenu. C’est pour cela qu’il est recommandé de mettre en forme le vrai contenu textuel dans le framework dessiné par le designer et le rédacteur, plutôt que d’utiliser le texte Lorem Ipsum.

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Clément Brisard

Passionné par le web, j'en ai fait mon métier. Avec plusieurs années d'expériences en Web Marketing, je mène des projets web, je crée des campagnes virales ou j'optimise des sites web. Et je partage mes découvertes avec vous.

 


9 Commentaires

  1. Je digresse mais dans une traduction correcte il faudrait dire « bolo bolo » ou « faux texte » ou « le tramway jaune » plutôt que le « lorem ipsum ». L’utilisation de faux texte en latin est vraiment une maladresse de débutant en tout cas en français. Le latin n’a pas le même gris typographique que le français et n’a pas d’accents ce qui change vraiment tout l’esprit d’un pavé typographique. Tiens, tant que j’y suis je rappelle ici que les accents font partie intégrante de l’orthographe française y compris sur les capitales. Même si on peut tolérer de ne pas mettre d’accent sur les capitales, il faut s’assurer que cela n’induit pas de confusion sur le sens du mot ( PALAIS DES CONGRES ). En clair la règle est de mettre des accents sur les capitales et la tolérance est de ne pas en mettre.

  2. Merci Laurence pour ce commentaire dont je partage l’avis… (sauf pour le tramway jaune, c’est disgracieux en jaune un tramway).

  3. C’est vrai que c’est plus sympa et pertinent en français, mais en général, les logiciels (InDesign…) proposent lorem ipsum comme texte de remplissage par défaut…

  4. Et idéalement, on ne met ni lorem ipsum ni faux texte en français mais du vrai texte. Mais ça c’est plutôt rare car le client a rarement préparé tous ces textes à l’avance…

  5. Euh… Le lorem ipsum n’est pas du latin, mais du faux latin.

    Ceci dit, je partage le point de vue de Clément. Rien ne vaut du vrai texte. Ne serait-ce que pour caler la longueur des titres et des extraits rédigés et surtout le nommage des onglets. Les webdesigners ont tendance à réserver des espaces trop courts et les rédacteurs à rédiger trop long. Vive le compromis !

    Si la rédaction Web vous intéresse, je ne saurais trop vous conseiller la lecture de notre blog http://www.editoile.fr/ 😉

    • Merci Gabrielle pour ce commentaire. Très bonne journée.

  6. Mis à part le faux texte ou le lorem ipsum, peu importe, travailler côte à côte ou chacun de son côté, ce n’est pas cela l’essentiel. Ce qui est important, c’est de se mettre d’accord sur une approche à suivre et de s’y tenir, quitte à faire des compromis, comme l’écrit si bien Gabrielle. Il s’agit, en fait, de deux métiers du web complémentaires et non concurrentiels.

  7. Faux texte ou lorem ipsum, peu importe le nom, l’essentiel est de travailler ensemble dans le vrai sens du terme. Ce qui compte, ce n’est pas d’être assis l’un à côté de l’autre mais, comme l’écrit Clément, de mettre au point une approche que rédacteur et désigner respecteront scrupuleusement, quitte à faire des compromis pour y arriver. Car en fait, il s’agit de deux métiers du web complémentaires mais non concurrentiels.

  8. Bonjour, je suis d’accord avec vous concernant la collaboration nécessaire entre le copywriter et le designer, mais il me semble que vous avez oublié de parler d’un 3ème aspect :
    Le référencement que vous avez juste cité !
    Car c’est autant dans la construction du site que dans la rédaction du texte que vous améliorerez le référencement (SEO ) et il est rare, voire exceptionnel qu’un designer ou un rédacteur aient les connaissances pour optimiser le référencement.
    Il faudrait donc un travail à 3 plutôt qu’a 2. Et éviter de mettre en ligne un site avec des « lorem ipsum ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *