Community management E-réputation — 04 juillet 2011 — 2 commentaires
Sommes-nous « social » ?

Pour les organisations les plus avancées sur la question, il semble que le focus se serait déplacé de « Comment utiliser les médias sociaux ? » à « Sommes-nous social? ». Les outils restent des outils, et de nouvelles technologies ne cesseront d’apparaître. Qu’en est-il de « nous » ?…

Ce questionnement est particulièrement intéressant car il ramène aux principes fondamentaux d’une organisation : ses valeurs, sa vision, sa structure et les comportements des personnes la composant.

Les entreprises telles que Zappos sont souvent citées ou encore IBM, avec une forte présence des salariés sur les différentes plateformes sociales. Est-ce suffisant ? Est-ce une question de présence ou bien de comportement, d’attitude, de process interne et de structure ?

Est-il une obligation d’être social ? Toutes les organisations peuvent-elles le devenir ? A partir de quel point cela devient-il une mode que l’on essaie de suivre ?

Il est clair qu’un mouvement contre-nature n’arrangerait en rien les choses. Toutes les organisations n’ont pas le potentiel d’être social et d’en récolter le succès.

Image de prévisualisation YouTube

Seth Godin était bien en avance dans son livre « Meatball Sundae » (Is Your Marketing of Sync?) écrit en 2007, où il assimilait le meatball au marketing traditionnel, de masse (très hiérarchique, produits basiques, transparence pauvre, etc…) et le sundae au marketing nouveau (collaboratif en interne, valorisant l’écoute et les interactions, transparent, centré sur des innovations remarquables, etc…). Pour lui, on est dans l’un ou dans l’autre, car le mélange des deux donne un résultat particulier.

Aujourd’hui, nous parlons du consommateur social, de l’entreprise sociale, etc… une évolution naturelle pour les agences de marketing ? Je ne suis pas certain de cela. Il s’agit d’aller plus loin qu’un simple positionnement d’image et d’activités. Les questions de la culture, de l’identité et de l’authenticité sont centrales. Au fond, nul besoin d’être présent sur les médias sociaux pour être social. Ces derniers sont là pour amplifier, accentuer l’existant.

Articles similaires

L'auteur

Lilian Mahoukou

Passionné des nouvelles pratiques marketing, des médias sociaux et de l'élément humain dans la performance globale des entreprises, je souhaite aujourd'hui m'orienter vers les métiers du web. Mes activités web : veille active sur l'usage des médias sociaux, la production collaborative et l'actualité web et contributions aux blogs "A La Croisée Des Blogs" et « Doppelganger ».

 

2 Commentaires

  1. A propos de Meatball Sundae.
    Comme vous le dites, Seth Godin l’avait observé : en devenant de plus en plus social, les consommateurs changent leur manière de consommer. Ils s’adressent davantage à leur réseau et ce réseau est, bien sûr, plus large.

  2. Le com de Jice est très pertinent. On s’aperçoit d’ailleurs qu’on continue à évoluer dans ce sens. Simplement, ce « social » est de plus en plus contrôlé par les entreprise qui en ont besoin. Le résultat est de faire légèrement biaisé.

 

Laisser un commentaire via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>