E-commerce Facebook — 28 mars 2011 — 2 commentaires
Les Crédits Facebook : avenir du e-commerce ?

L’une des nouveauté de 2010 sur Facebook fut l’apparition des crédits : une monnaie virtuelle qui permet d’acheter des objets virtuels dans plus de 150 jeux sur Facebook, les plus connus Farmville, Cytiville ou Pet Society. Début 2011, Facebook annnonce qu’à partir de juillet, les développeurs seront obligés de proposer les Facebook Credits comme moyen de paiement avec 30% de commissions sur les transactions.
Mais si on n’est pas un éditeur, comment peut-on utiliser cette nouvelle monnaie…

Augmenter ses fans ?

Cette nouveauté fut dans un premier temps testée dans certains jeux signés Zynga avec des accords avec Facebook pour booster les joueurs en ligne. Et la communauté des joueurs en ligne ne cesse d’augmenter avec Zinga qui compte aujourd’hui plus de 230 millions de joueurs actifs mensuellement. Selon le fondateur de Zynga, Mark Pincus, 10 millions d’utilisateurs de Facebook jouent quotidiennement aux jeux de la firme.

Depuis le début de l’année les marques essayent d’utiliser ses crédits Facebook dans l’animation de leur page fan ou pour augmenter le nombre de fans. Certaines pages fans ont déjà testé le pouvoir attractif de cette monnaie, par exemple la page Astuceville qui pour célébrer ses 7000 fans a organisé un concours permettant de gagner jusqu’à 1500 crédits sur Facebook. D’autres sites ont utilisé cette promesse de gain pour faire connaître leur page fan, comme c’est le cas de EnchereVIP qui encourages ses utilisateurs à relier leur compte Facebook à celui d’EnchereVIP, tout cela moyennant 5 Crédits EnchereVIP.

Animer sa page fan ?

Lancée par Ifeelgoods, certaines entreprises américaines et anglaises (Walmart, Bestbuy) principalement ont remplacé certaines de leurs promos par des crédits faceboook. Avec de beaux résultats à la clé puisque les boutiques en ligne ont augmenté leur taux de transformation de 30% grâce aux crédits. J’ai lu sur la blogosphère qu’en 2011, on estime que 30% des revenus du célèbre réseau social proviendront des crédits Facebook.

Et le concept est arrivé en France avec le site de e-commerce La Redoute qui s’essaye aux crédits du réseau social comme gains dans ses jeux-concours avec 3 opérations depuis janvier sur leur page Facebook. Avec 290 millions de personnes qui jouent sur Facebook chaque mois, le potentiel est énorme. »Désormais ce sont les jeux qui intéressent le plus nos fans », affirme Guillaume Darrousez.

Lu sur le journal du net, je me permets de reprendre l’interview de Guillaume Darrousez sur ces campages : « La première, poursuivant clairement un objectif de vente, offrait des crédits aux 5000 premières commandes passées sur le site marchand. La deuxième, qui est encore en cours, est plus axée sur le remerciement des clients : des crédits sont attribués aux fans qui pré-réservent sur Laredoute.fr la nouvelle console 3D de Nintendo. La troisième est un jeu de jackpot : on gagne des crédits en s’y inscrivant et en le recommandant à ses amis. « Les crédits Facebook permettent aux fans de s’amuser, analyse Guillaume Darrousez. Nous allons encore les utiliser pour d’autres opérations dans les semaines à venir. Recruter des e-mails, remercier d’un achat sur Ventespriveesbylaredoute.fr… beaucoup de choses sont envisageables. ».

Ces actions participent au positionnement de La Redoute non pas comme simplement un acteur e-commerce qui souhaite vendre à ses clients mais permettent à la marque d’instaurer une relation de jeu. Je joue et je consomme en même temps sans vraiment ressentir l’intrusion d’une publicité. Et pour les éditeurs de jeux en ligne, c’est une véritable opportunité de gagner des nouveaux clients sans supporter le coût d’acquisition.

Est-ce que les marques vont suivre le mouvement sachant que d’autres formes de distribution de ces crédits arrivent avec les grands supermarchés (Target, Wal-Mart, Best Buy) qui distribuent dans leurs enseignes des cartes cadeaux Facebook Credits ?
(Photo ci-dessous: chez Tesco au UK)

 

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Magali Faye

Avec plus de 10 ans d'expérience en Webmarketing chez l'annonceur et en agence entre Paris et Montréal, j'ai évolué vers un poste axé sur les stratégies de contenus des plateformes numériques dans le monde de la télévision où j'encadre une équipe de webmasters et community managers. Parallèlement, j'ai lancé mon blog sur la vie à Montréal, Mag escapades. Intéressée par les évolutions de nos métiers, c’est avec plaisir que je participe à ce blog collaboratif en essayant d’ajouter une pierre à cette nécessité de veille permanente.

 


2 Commentaires

  1. Merci pour cette astuce, simple et efficace, comme on aime car aujourd’hui c’est l’ère de virtuelle, même l’argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *