Référencement naturel — 09 avril 2010 — 9 commentaires
SEO, optimisation de la longue traîne : une stratégie de plus en plus payante

Popularisé par Chris Anderson dans un article de Wired en 2004, le concept de longue traîne démontre que l’ensemble des ventes des produits à faibles demandes peut représenter un CA égale voir supérieur à celui des best-sellers. Très populaire chez les référenceurs, ce concept peut être appliqué en SEO…

Concept de longue traîne appliqué au search…

Si le concept vous intéresse, je vous invite à en lire plus sur la page Wikipédia correspondante. En référencement naturel sur certains sites le volume des visites des mots-clés à faibles recherches représente une part plus importante que celui des tops mots-clés. Ceci est particulièrement vrai pour les sites e-commerces référençant un grand nombre de produits ainsi que pour les sites éditoriaux mais pas forcément pour les sites avec une offre et une sémantique plus limitées.

Premier constat : les recherches faites par les internautes comportent de plus en plus d’expressions à plusieurs mots et le volume de recherches sur les expressions 5, 6, 7 mots ou plus augmente. Vous pouvez voir ci-dessous des statistiques récentes sur les recherches américaines vu sur SearchEngineLand :

A mesure que le temps passe et que les moteurs de recherche rentrent de plus en plus dans la vie de tous les jours de l’internaute lambda, la théorie de longue traîne est de plus en plus parlante. Elle se doit donc d’être intégrée dans une stratégie de référencement efficace. La personnalisation des résultats de recherche également de plus en plus présente renforce encore cet aspect.

Que cela soit en seo ou en sem, un mot-clé longue traîne nécessite moins de travail pour se positionner et obtient un taux de transformation souvent très performant. Plus une recherche est précise plus l’internaute est proche de la phase d’achat. Alors pourquoi s’en priver ? Pour les sites e-commerce, la longue traîne peut permettre d’écraser les coûts par conversion.

Pour certains sites et thématiques son effet est à relativiser certains thèmes ont un univers sémantique assez restreint et les tops mots-clés représentent 70 ou 80% du trafic. C’est le cas par exemple pour l’assurance où les principales recherches sont limitées et souvent structurées sémantiquement de la même façon d’un produit à l’autre. Néanmoins même sur ce genre de thématique il est intéressant de travailler les mots-clés moins recherchés car même si l’effet est plus limité il permettra tout de même de diminuer les coûts moyens.

Comment utiliser la longue traîne en référencement…

Pour travailler la longue traîne, il vous faudra tout d’abord réaliser un audit sémantique poussé sur votre domaine d’activité. Il ne faudra pas s’arrêter aux mots-clés les plus recherchés mais trouver l’ensemble de leur dérivés, on pourra également envisager de faire des audits sur des thématiques connexes pour augmenter notre périmètre d’action.

Une fois les mots-clés longue traîne identifiés, il faudra créer du contenu éditorial autour de ces derniers : actualités, pages de conseils, dossier… A vous de choisir la forme qui s’adapte le mieux à votre site et votre cible.

Pour les sites e-commerce possédant un grand nombre d’articles on veillera à ce que la moindre fiche produit soit accessible et indexable par les moteurs et optimisée en terme de référencement. On utilisera le référencement dynamique pour cela.

Le référencement longue traîne prend souvent beaucoup de temps mais cela paye généralement assez rapidement car le référenceur visera des mots-clés sur lesquels il est plus facile de se positionner.

A lire aussi : dossier référencement Webmarketing & co’m.

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Sylvain Lembert

Depuis 2004 dans le webmarketing, j’ai pu mettre en place des campagnes e-marketing dans des domaines variés. J’ai participé aux référencements de marques reconnues et mis en place la stratégie de communication on-line d’un assureur. J’ai également élaboré une stratégie de search marketing au niveau européen et été responsable de l’acquisition via Facebook pour un groupe de média social. Je suis aujourd'hui consultant webmarketing, n'hésitez pas à me contacter pour vos projets de communication on-line.

 


9 Commentaires

  1. Il existe d’autres pistes pour améliorer sa longue traîne.

    En général, le texte existant regorge d’expressions très spécifiques qui ne sont pas en longue traîne mais peuvent y arriver moyennant une optimisation HTML minimale. Il ne s’agit donc plus de produire du contenu mais d’adapter légèrement l’existant.

    A titre complémentaire,
    http://blog.gnoztik.com/mots-cles/longue-traine-trafic-concurrence-typologie-mots-cles/

    • Merci pour le complément d’info 🙂

  2. Sylvain

    Peut-être te rappelles tu d’un certain référencement sur un site d’assurance moto (ou plutot un peu à coté du site)?
    C’était déja une technique Longue Traine pour faire remonter des mots trop diversifiés pour faire partie des mots centraux.
    Oh bien sur, le client avait mis 6 mois pour réaliser, et son prestataire avait tout fait à moitié….
    Mais quand on travaille à coté des ingé comme à Companeo ou en direct avec Xavier Demester (les annuaires Europcar 2004-2007), le ROI est au RDV de la Longue Traine.

    Mais OK avec toi, le référencement dynamique est la première brique solide.

    David

    • Je ne me rappelle plus, c’était pour quel client déjà ? En tout cas de l’assurance moto et auto longue traine j’en fais tous les jours maintenant 🙂

    • Ah oui ca y est je vois, avec le véhiculier 🙂 Ca me revient.

  3. Article intéressant, l’utilisation du champ lexical est effectivement payant et multiplie les possibilités d’entrées.

  4. Le champ lexical mais aussi se positionner sur des mots clés drainant peu de visites mais dont la somme de ces visites représentent un volume important au total.

  5. L’arrivée de Google Suggest par défaut sur Google (certains plugins le proposait déjà avant, de même que Google en béta je pense) a changé la donne. Les internautes « passifs » s’appuient sur ces mots clés suggérés pour surfer, et ne tapent plus leurs expressions. Un paradoxe car ces « suggestions » sont issues des mots clés des internautes…

  6. La notion de la longue traine est très intéressant à analyser, en effet dans un cadre de ecommerce, c’est mon cas, on peut se positionner sur des expressions sans concurrence adwords, le plus difficile est de lister ces mots ou expressions (d’où l’intérêt évoquer dans l’article une analyse sémantique). ensuite on peut dire effectivement comme le dis geoffroy dans sa réponse, le goggle suggest a fais varier le phénomène, mais sur la masse d’internautes il y en aura toujours un certain nombre à utiliser plusieurs mots dans la barre de recherche.
    Le top serait de pouvoir avoir des stats par besoin ou activité des thèmes de requêtes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *